06 66 06 35 49
Sélectionner une page
Miser sur la prévention naturelle…

Miser sur la prévention naturelle…

Conseils naturels pour soutenir votre immunité

Soleil et mer 

Miser sur la prévention

Les virus, tels la grippe, le rhume et désormais le coronavirus sont des affections qui

peuvent être endigués. Selon la naturopathie, ces virus ne s’attrapent pas, ils se

développent à partir d’un terrain « encrassé » dit toxémique. Sur un terrain sain, les

microbes et les virus sont inoffensifs, car ils ne peuvent proliférer qu’en milieu favorable,

c’est-à-dire saturé de toxines. Pour le naturopathe, la meilleure prévention, comme le

meilleur traitement de ces affections, doit être axée sur la désintoxication de l’organisme

et le renforcement des défenses naturelles.

Renforcer son système immunitaire

Pour ce faire, une bonne hygiène de vie est nécessaire avec comme cheval de bataille une

alimentation saine et naturelle et une gestion de son stress. Il est aussi souvent utile de

donner un coup de pouce à notre organisme grâce aux plantes, aux huiles essentielles, aux

vitamines et aux oligo-éléments.

Facteurs dévitalisants

Tout ce qui peut diminuer la résistance de l’organisme est une porte d’entrée pour les

virus: transition du chaud au froid, courants d’air, humidité, intérieurs surchauffés, excès

alimentaires, malnutrition, fatigue, surmenage physique ou cérébral, manque de sommeil,

mauvais état de la flore intestinale, inflammations chroniques…Ne négligeons pas

également l’impact du stress : un individu surmené résiste moins bien à l’action des

microbes.

Voici une liste de conseils simples et naturels pour renforcer l’immunité.

Elle s’ajoute aux consignes sanitaires énoncées par les services de l’Etat. En les

respectant nous limiterons la progression du virus et protègerons les plus fragiles.

1/ ALIMENTATION

* Evitez les abus de pain blanc et de céréales raffinées, le grignotage entre les repas, les

bonbons et chewing-gums, les desserts sucrés après repas, l’association aliments acides

+ céréales et vin + repas riche en céréales, la charcuterie, les pizzas et les hamburgers, le

café au lait, les excès de laitages, de cacahuètes et de noix.

* Ces aliments et/ou leur association encrassent notre organisme, affaiblissent notre

immunité et fragilisent la flore intestinale ainsi que le foie.

* Réduiser au maximum les 4 aliments blancs : les laits animaux, la farine blanche de blé, le

sucre blanc et le sel.

* Privilégier Une alimentation hypotoxique (la moins toxique possible), c’est une

assiette élaborée sur la base du régime crétois avec :

* Beaucoup de végétaux naturels frais (légumes et fruits), crus et bio de préférence

(printemps/été), ou cuits à température douce (automne/hiver) avec rapport

80%/20%.

* Les céréales semies-complètes et complètes bio (+ de nutriments et IG bas) en

privilégiant les sans gluten (riz, sarrasin, maïs, millet, quinoa) et les légumineuses.

* Des proteines végétales et animales (+ poisson – de viandes, quelques oeufs),

quelques laitages, des aliments riches en omégas 3 (poissons, huiles,

oléagineux), des aromates, des plantes sauvages si on peut.

* Boire une eau de qualité faiblement minéralisée en dehors des repas.

* Composer des menus équilibrés de façon qualitative et quantitative

* Manger en conscience, sans excès, dans le calme et la joie, en mastiquant bien.

Avec gratitude.

Penser aussi à des diètes ou monodiètes (pomme ou riz ou soupe de légumes) un soir ou

mieux une journée par semaine.

Boire chaud : des infusions de thym, de romarin, de thé vert, de gingenbre/miel/citron

mais également des miels aromatiques 2 à 3 F/par semaine : une cuillère à café de miel +

1 gte d’huile essentielle (Niaouli, tea tree, ravintsara, eucalyptus radié) dans une tasse

d’eau chaude.

Pensez tous les jours une tasse d’eau de source chaude avec le jus d’un citron bio à jeûn

ou/et en milieu d’après midi.

2/ EXERCICES PHYSIQUES

* L’activité physique fait monter le corps en température, : les microbes et virus n’aiment

pas la chaleur. De plus, bouger permet aux émonctoires (peau et sudation, reins…)

d’éliminer les toxines de l’organisme… Ainsi donc, pratiquer un exercice physique reste

une des meilleures des préventions. Continuer à préférer la marche à pieds et le vélo à la

voiture, les escaliers à l’ascenseur, et la pratique d’un sport une à deux fois par semaine.

3/ RESPIRATION

Dans les lieux à risque, pensez à mettre à l’entrée des narines, une trace d’une goutte

d’huile essentielle de thym a linalol ou ravintsara mélangée à une goutte d’huile végétale

ou encore mieux de l’homéoplasmine (pour faire barrière).

Pour vous protéger, faites des onctions d’huile essentielle de Ravintsara ou de thym a

linalol ou de Niaouli ou de Tea tree sur + huile végétale (5 à 7 gouttes pour les adultes et 2

à 3 gouttes pour les enfants de + de 6 ans) sur la poitrine et l’intérieur des bras le matin

après la toilette. Pendant la période à risque.

4/ HYDROLOGIE

* Offrez-vous des bains détente

* Un bain bien chaud (38°/39°) aux vertus antivirales, une à deux fois par semaine: 7

gouttes de Niaouli, 7 gouttes de Ravintsara, 5 gouttes de Thym à linalol, 5 gouttes de

Romarin à verbénone, mélangées à du shampooing ou du savon liquide ou sur du gros sel

de mer (l’huile essentielle n’est pas miscible dans l’eau). A incorporez lentement à l’eau du

bain ;

* Pratiquer la bouillotte chaude sur le foie le soir au coucher pour soutenir le travail

nocturne de détoxination du foie.

5/ PSYCHO/EMOTIONNEL

Déconnecter ! Une fois vos tâches quotidiennes accomplies, retrouvez votre espace intime

aussi souvent que possible. Le confinement nous invite au repos et à l’intériorité. Pensez à

pratiquer la respiration ventrale consciente ou mieux un peu de relaxation, de méditation,

de sophrologie, de cohérence cardiaque…

NB : Préparée en conscience, la cuisine est une véritable méditation : elle nous invite par

des gestes simples à mettre tous nos sens en éveil et habiter le moment présent.

* Faites-vous masser (dos, plexus solaire, ventre, bras et pieds) par votre conjoint(e) avec

les mélanges suivants :

“Détente Dame” : dans 3 cuillères à soupe d’huile végétale de noyau d’Abricot,

incorporez : 7 gouttes de Bergamote, 5 gouttes de Mandarine (si possible « rouge »), 3

gouttes de Marjolaine.

“Détente Monsieur” : dans 3 cuillères à soupe d’huile végétale de noyau d’Abricot,

incorporez : 7 gouttes de Pamplemousse, 5 gouttes de Mandarine et 3 gouttes de Romarin

à verbénone.

« Détente Enfants » + de 6 ans: dans 4 cuillères à soupe d’huile végétale de noyau

d’Abricot, incorporez : 7 gouttes d’ Orange douce, 5 gouttes de Lavande vraie, 3 gouttes de

Camomille (plexus solaire, ventre, bras et pieds)

(On peut aussi utiliser ces mélanges à raison de 2 gouttes pour les enfants et 5 pour les

adultes sur le plexus solaire et les poignets matin et soir selon les besoins).

6/ COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES

* Supplémentez vous en vitamine C (de préférence sous forme de comprimés à base

d’acérola) soit un à deux grammes par jour.

Sous forme aussi de citron pressé chaud – un à deux par jour – avec une eau de source et

un peu de miel,

* Ou optez pour le chlorure de magnésium qui est aussi connu pour aider à lutter contre

les infections : il stimule l’activité phagocytaire des leucocytes. Mais son utilisation est

déconseillée aux personnes atteintes d’insuffisance rénale ou d’hémophilie. Acheter un

sachet en pharmacie à diluer dans un litre d’eau. En boire un verre tous les jours (c’est

très amer au goût) accompagné d’un peu de jus de pamplemousse pour faire passer

l’amertume.

* Vous pouvez également soutenir votre système immunitaire grâce à ces plantes:

l’échinacéa, l’éleuthérocoque, l’andrographis. Les doses varient en fonction des

galéniques. Se reporter à la posologie de chacune.

Informations anti-virales par les huiles essentielles

* Aérer régulièrement vos intérieurs et restez dans une bonne qualité d’air enrichi

d’huiles essentielles en diffusion : mettre 20 gouttes de Ravintsara, 15 gouttes

d’Eucalyptus radiata, 5 gouttes de Romarin à cinéole (exclusivement dans un diffuseur à

verrerie).

* Echanger des massages ou pratiquer des automassages :

Mélange Respiratoire: dans 3 cuillères à soupe d’huile végétale de noyau d’Abricot : 7

gouttes d’Eucalyptus globulus, 5 gouttes de Niaouli, 3 gouttes de Thym à thymol, 3 gouttes

de Myrte vert

Mélange Immunostimulant: dans 3 cuillères à soupe d’huile végétale de Macadamia :

Le Matin : 7 gouttes de Niaouli, 5 gouttes de Romarin camphré, 3 gouttes d’Origan

(2 gouttes de ce mélange sur la plante de chaque pied après la douche du matin)

Le soir : 7 gouttes de Ravintsara, 5 gouttes de Citron, 3 gouttes de Sarriette

(5 gouttes de ce mélange dans le dos, en auto-massage, le soir au coucher)

Mélange pour voyages ou séjours dans des zones « à risque »

7 gouttes de Ravintsara, 7 gouttes de Niaouli, 5 gouttes de Citron, 2 gouttes de Cannelle, 2

gouttes de Clou de Girofle (3 à 5 gouttes toutes les 4 heures, sur la plante de chaque pied)

NB: l’usage des huiles essentielles est déconseillé aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 6 ans.

La Peste était en route vers Damas et croisa la caravane d’un chef dans le désert.

– « Où allez vous si vite ? » s’enquit le chef.

– « A Damas, où j’ai l’intention de prendre mille vies. »

Au retour de Damas, la Peste croisa de nouveau la caravane, et le chef demanda :

–  » Mais c’est cinquante mille vies que vous avez prises, et non mille ! « 

– « Non, assura la Peste. J’en ai pris mille. C’est la Peur qui a pris le reste. »

– Anthony de Mello ( Histoires – Albin Michel )

L’impact du covid-19 : une suspension d’activité ?

À la rédaction de cet article, les annonces gouvernementales percolent sur les réseaux sociaux dans l’attente d’une déclaration officielle. Les mesures de confinement destinées à enrayer la pandémie désormais mondiale du corona virus (covid 19) s’inscrivent dans un climat anxiogène et laissent augurer une période délicate en terme d’acitivité sur les conseils et pratiques en hygiène naturopathique. Recevoir des clients en entretien, voire proposer une irrigation du côlon ne devrait momentanément plus être possible. Je m’appête donc à prendre la décision d’interrompre toute activité, ce jusqu’à nouvel ordre.

Dans l’espoir d’une reprise prochaine une fois passée la vague de la pandémie, je vous souhaite de pouvoir vous assurer une bonne préparation au confinement à venir en sachant vous entourer et/ou en pouvant vous rendre utiles auprès du premier cercle de vos proches.

A toutes fins utiles, je laisse le lien du ministère des solidarités et de la santé qui vous apportera nombre d’éclaircissement sur la conduite à tenir…

 

L’irrigation du côlon, une vraie valeur ajoutée dans un suivi en naturopathie

Le pouvoir régénérant de l’eau

L’irrigation du côlon, irrigation colonique ou « hydrothérapie » est une pratique ancestrale de lavement interne, effectué en prévention, à des fins hygiéniques. Le système immunitaire de l’organisme étant directement connecté à la flore intestinale, la technique permet aussi de soulager des maux variés. On en retrouve la trace dans de nombreuses cultures à travers le monde.


Une séance avec un praticien en irrigation du côlon : pour qui, pour quoi ?

L’irrigation du côlon s’appuie sur le principe que le gros intestin retient des déchets non évacués : résidus de fibres alimentaire, cellules mortes, mucus et selles, coincés dans les villosités de la paroi intestinale. Stockés depuis de nombreuses années, ces toxines entraînent une putréfaction à l’origine du développement de bactéries pathogènes ainsi que d’autres troubles : fatigue, flatulences, diarrhées, constipation, intolérances alimentaires, stress, dépression, maux de tête, douleurs ou encore surpoids. L’irrigation du côlon consiste à injecter de l’eau par le rectum. A son contact, un phénomène de pression osmotique se met en place et le péristaltisme naturel de l’organe provoque un mouvement spontané d’élimination. L’eau s’infiltre jusqu’à la valve iléo-caecale, point de jonction avec l’intestin grêle qu’elle n’est, physiologiquement, pas capable d’atteindre. La séance agit comme une purge et génère un bien-être immédiat : sensation de légèreté, regain d’énergie, mental clair, équilibre émotionnel, peau nettoyée et meilleure digestion.


Quelques informations utiles sur une séance avec un praticien en irrigation du côlon.

Bien qu’il existe des solutions dans le commerce pour réaliser soi-même son irrigation du côlon, notamment sous la forme de bocks à lavement, il est vivement conseillé de faire appel à un praticien spécialisé. Pratiquée par les naturopathes ou des thérapeutes formés exclusivement à la méthode, l’irrigation du côlon se réalise allongé sur le côté. Le praticien insère par l’anus un tube d’évacuation dotée d’une double canule : l’une par laquelle entre l’eau propre, l’autre par laquelle ressort l’eau et les déchets. L’eau utilisée est filtrée au sein d’un appareil d’hydrothérapie et s’écoule de manière douce. 3 à 4 litres sont diffusés durant environ 1 heure. La pression et la température peuvent être dosées par le praticien à la demande du client. Le professionnel exerce également un massage viscéral doux durant la séance afin de faciliter la détente du ventre et l’efficacité du soin. En moyenne, trois séances mensuelles seront conseillées pour éliminer tous les déchets anciens puis une séance d’entretien annuel.

Prix 

Une séance dure environ 1 heure et coûte en moyenne 90 euros.